lundi 13 août 2018


Brel, Brassens, Ferré, tu connais? 

Spectacle musical tout public, par Luc Baba ( piano - chant )
et Quentin Léonard ( guitare - chant )

Après les Festival Grains de Sable de Deauville, en Normandie, 

et Rêves d'Océan à Doelhan, en Bretagne

En création pour la Belgique au Théâtre Royal de l'Etuve

rue de l'Etuve 12, 4000 Liège / reservation.etuve@gmail.com / 

0475/23 92 55 / ou 0474/ 678 613




14, 15 / 21, 22 SEPTEMBRE 2018 à 20H15
23 SEPTEMBRE à 15H30

www.fureur-etuve.be

mardi 26 juin 2018

En chantier

un recueil de nouvelles où je mets en scène des écrivains, en ces lieux et ces instants qui donnèrent naissance à de grandes œuvres. Voici 4 extraits, en forme de quiz.

           
- J’ai gravé mon nom là-bas, dit-il à Polidori.
- Là-bas ?
          - Sur l’écorce d’un chêne, du côté de Newstead. 

         
Puis il écrira l’histoire d’un prince, avec des mots très simples, parce qu’il a quand même envie qu’on le comprenne un peu, au moins les gens qui le connaissent.
         
Ressentir la terre et ses âmes, ça lui pince les veines, et le serpent d’étoiles crache des venins. Le temps ne roule plus, il foule effrontément les chroniques du bonheur, ce n’est même plus qu’il passe.

C’est décidé, mon noble assoiffé de sang aura dans mes songes les cheveux de Franz List. Et le premier décor sera cette ville agrippée, ce port baleinier rabattu. 

( Byron - Saint-Ex - Giono - Stoker ) 

vendredi 22 juin 2018

Bienvenue 

Dimanche 24 juin de 14h à 20h

Lectures, chant, musique 
à l'occasion de l"'après-midi des rêveurs".

J'y serai en compagnie de Julia H, El Hassan Chatar, Stéphane Martini et André Klenes

A boire et à manger sur place - Paf : 10€ ou libre ou troc

Théâtre de l'Être ASBL 14, impasse Saint - Nicolas 4000 Liège 

+32 476 259 211

dimanche 17 juin 2018

CD

J'enregistrerai dès juillet un cd comprenant 10-12 reprises de titres de Léo Ferré. 

Au piano :                        Jean-Marie Dzuba
A la guitare classique :    Guy Lukowski
Au violoncelle :               Claire Goldfarb
A la contrebasse :             Francis Danloie


Nous travaillerons au Studio 96K, à Trooz.


Voici un lien vers 3 titres démo où je me suis mis au clavier. Jean-Marie arrive, il range son vélo… 

https://soundcloud.com/luc-baba/la-vie-dartiste


Folle genèse…

         Un soir d'ivresse et de querelle amoureuse, j'ai posté sur fb une vidéo maladroite où je chantais quelques couplets de Souchon. Suite à cela, les Midis de la Poésie, à Bruxelles, m'ont proposé de rendre hommage à Ferré. J'ai chanté là-bas en compagnie de Manu Lann-Huel, chanteur breton, ami de Léo. J'ai parlé de ce projet à l'éditrice des éditions A dos d'âne, à Paris, chez qui j'ai publié une biographie consacrée à Brel. Aussitôt, elle m'a proposé d'écrire une bio sur Ferré. Quand le livre a paru, la mythique radio Libertaire m'a invité pour une heure d'émission, me proposant de diffuser une interprétation de mon cru. Une lectrice m'a signalé la naissance du studio 96K. Après l'enregistrement d'un titre ( Est-ce ainsi que les hommes vivent? ), le producteur m'a proposé d'enregistrer un cd. Lors de l'hommage donné à Bruxelles, les organisateurs du festival "Grains de sable", en Normandie m'ont demandé si j'avais un spectacle jeune public à leur proposer. J'ai alors créé "Brel, Brassens, Ferré, tu connais?", avec l'aide du chanteur Quentin Léonard. Après 3 dates en France, nous donnerons ce spectacle à Liège, au Théâtre de l'Etuve, en septembre. 

          L'abus d'alcool nuit gravement à la santé. Mais une cuite artistique, à l'occasion rare d'une dispute, ma foi, si cela peut ouvrir des portes… Cela dit, répétez après moi  : l'abus d'alcool nuit gravement à la santé. 




samedi 16 juin 2018


         

        Une nouvelle en cadeau. Je me suis plu à imaginer un monde où la littérature occuperait la place du foot, et réciproquement.   


        Le foot est mort, vive le foot !




On a perdu, hier soir. L’équipe était déforcée. Le banc ? Il est vide. Pas de remplaçants. Ils se sont reconvertis.

          - Les ailes ! criaient Jos, l’entraîneur. Vous ne jouez pas sur les ailes !

          - Ben non, j’ai fait. On nous les a piétinées, nos ailes.

          - Putain, je veux pas de poésie dans mon stade, OK ?

          Je suis l’ailier gauche. Enfin, gauche en première mi-temps, droite en seconde. On n’a pas les moyens de se déployer.

          Je suis ailier depuis l’âge de huit ans. Le Père-Noël aurait mieux fait de m’apporter un stylo, au lieu de poser un ballon sous le sapin.

          Hier, on a eu vingt-trois supporters. Bon, on a connu des stades vides.

          Dans le vestiaire, Jos a dit :

          - Je vais écrire à la presse.

          - Encore ? a soupiré Ben, le défenseur.

          - Et vous allez signer, tous.

          - Ouais, j’ai dit. On signe. Mais faut arrêter de raconter les souvenirs. Les journalistes, ça les intéresse pas.

          Tout le monde connait l’histoire. Du temps de mon père, les stades de Première Division étaient couverts de monde, les shorts n’étaient pas recousus par le gardien du stade, on tondait les pelouses avec des machines, pas avec des moutons.

          Le monde a changé trop vite, et les journaux s’en fouettent le rouleau d’imprimerie. Le sport n’a plus la cote. Le foot, surtout. Le scandale des maillots fabriqués par des gamins du Bengladesh et vendus à prix d’or, ça n’a pas servi notre cause, évidemment. Mais c’est pas la seule raison. Les mouvements de développement personnel, ça n’a pas servi les sports d’équipe.

Dans la presse écrite, on a droit à un quart de colonne le lundi entre la météo et l’horoscope. Et sur Internet, tu trouves des photos de foot en tapant « sport-vintage ».

          Il n’y en a que pour les livres. Ils font la Une un jour sur deux. Avec photos, paris, commentaires, classement des libraires. Sans compter les suppléments et les éditions spéciales. Pareil à la télé. « Nobel zannées », en prime time. « Bouquin câlin », tous les dimanches matins. A neuf heures, ma femme est debout.

          - On décernait le Prix Jean Balot du troisième roman des moins de trente ans, hier. Tu ne sais pas qui l’a reçu ?

          - Non, je sais pas.

          - J’espère qu’ils vont en parler.

          - Ouais, par contre ils ont dit aux infos que le Qatar venait de racheter les éditions « Goûte-le-verbe », à Siméon.

          - Ah bon ? Le Qatar ?

          - Comme je te le dis.

          - Chouette. C’est vrai qu’ils ont une bonne académie, à Siméon.

          - Et alors ?

          - Rien.

- C’est de la poésie, non, qu’ils publient ?

          - Oui. Le mois dernier, ils ont racheté un poète belge pour trente millions d’euros.

          - Ça me fait gerber, j’ai dit. Quand je pense qu’on doit se contenter de cinquante euros par match. Et qu’on ne peut plus jouer qu’à sept contre sept, comme des nains. C’est simple, je serais incapable de te citer plus de cinq footballeurs qui vivent de leur ballon dans ce pays.

          - Je sais que c’est difficile, mais il ne faut pas perdre la petite flamme, chou.

          La petite flamme. Je me suis senti triste, quand elle m’a dit ça. Mais triste ! Et ça m’a fait penser qu’à Lyon, ils s’éclairent à la bougie.

          J’ai de la chance d’avoir une femme qui accepte mon mode de vie. Franchement, c’est rare.

          - Tu sais ce qu’il m’a dit, Michel ? je lui ai demandé, à ma femme. Il a dit : « Mec, pourquoi tu tentes pas ta chance à Paris ? »

          - Il a dit ça ?

          - Comme je te le dis.

          - C’est bien, Paris ?

          - Bah. Tu sais, depuis que le Parc Des Princes est une librairie, ils jouent sur un terrain en cendrée dans la banlieue… Faut pas trop appuyer sur le mythe, non plus.

          - Et c’est qui, Michel ?

          - Un nouvelliste.

          - Waw, tu connais un nouvelliste ? Meeeerde ! La chance ! Pourquoi tu ne me l’as jamais dit ?

          J’ai haussé les épaules et fait semblant d’être fier. Pourquoi je lui ai jamais dit ? Et quoi ? Je devrais le lui présenter, aussi ? Présente un écrivain à ta femme, vas-y, si t’as envie qu’elle se barre, vas-y.

          En plus, elle est jolie, la mienne. C’est vrai. Mais les écrivains, ils plaisent aux jolies femmes. Si tu veux voir une brochette de biches, tu traverses un salon littéraire. Il faut voir les auteurs en interview, là-bas, devant les panneaux publicitaires. Et faut les voir en dédicace, foulard de soie sur le cou plein de rougeurs, le veston ouvert sur le portefeuille, la Porsche au parking.

          J’ai calculé que pour gagner en une vie le même pactole que celui d’un écrivain moyen, j’aurais dû commencer le foot au Moyen-Age.

          Dans les salons, les filles chassent le riche. Pourtant c’est le foot qu’elles regardent chez elles, souvent, pendant que l’homme rédige.

          On commence aussi à parler d’écriture féminine. Bon je trouve ça cool. Ce n’est pas la même qualité de style, mais je trouve pas mal que les mentalités évoluent. C’est prometteur, quoi. Le foot féminin a montré l’exemple, il y a un bail, déjà.

          Dans les écoles, ça commence à clignoter un peu. « Oui, l’exercice physique, après tout, pourquoi pas ? Oui, c’est vrai. » A Bruxelles, ils ont remplacé un hall d’écriture par une cour de récréation avec un petit goal. Au début, les enfants se couchaient dans le goal pour réciter des sonnets, mais certains commencent à apprécier le ballon. Le directeur les a autorisés à couvrir le cuir d’aphorismes. C’est bien vu, pédagogiquement. Et les poteaux des buts sont peints en tranches de livres.

          Le vocabulaire s’adapte aussi. On commence à parler de chapitres au lieu de parler de mi-temps. Les lignes médianes, c’est les tranches. Et pour le point de pénalty, on dit juste le point. On dit « dans la marge » au lieu de dire « hors-jeu ». Une « bonne lecture du jeu », ça se disait déjà dans le temps, je crois.

          Alors, attention, je ne veux pas qu’on pense que je suis jaloux des écrivains. Quand je regarde leur forme, leur corps soit trop gras, soit rachitique, je ne vois aucune raison de me plaindre. D’accord ils ont de l’argent et un crâne bien rempli, et de la culture à revendre, ce qu’ils ne se privent pas de faire, mais les pattes de héron sur un corps de blaireau, moi ça ne me fait pas cligner des yeux. Sans compter ce que coûte à la sécurité sociale la santé de ces misérables tous plus ou moins rongés par le tabac, l’alcool et le café.

          On le sait bien, pourtant, que le dopage diminue l’espérance de vie.

          Ce que je dis là, c’est qu’une société doit savoir ce qu’elle veut. Par exemple, fermer les yeux sur le scandale des auteurs béninois, je comprends pas. Des passeurs leurs vident la hutte en leur faisant miroiter de gros éditeurs suisses, mais ils se retrouvent sans papiers, si je peux dire, sur la touche, avec leur roman inachevé.

          Bon, je m’étais assis pour essayer de faire un livre aussi, mais tout ce que j’arrive à écrire, c’est ma colère et mon dégoût. Et ça n’intéresse pas les éditeurs. Alors c’est mon premier et mon dernier texte.

          Il faudra que je me trouve un vrai métier, vu que je suis menacé de sanctions par l’office du travail.

          - Alors, monsieur, qu’est-ce que vous mettez en place pour trouver du boulot ?

          - Ecoutez, je suis sportif de haut niveau. Le ballon, c’est mon identité, et…

          - Oui, ce n’est pas ma question.

          - D’accord, mais pourquoi les écrivains de haut niveau sont engagés par l’Etat, pendant que moi…

          - Vous… Vous avez songé à l’enseignement ? De nombreux joueurs de football sont également professeurs de gymnastique.

          Mais non, ça ne me tente, pas, merci ! L’hiver dernier, j’ai envoyé des enregistrements de passes et de dribles aux entraîneurs qataris et islandais, qui sont les deux pays majeurs du foot aujourd’hui. Un an de travail et de montage. Mais quand je recevais une réponse, c’était toujours le même refrain :

          Nous vous remercions de la confiance que vous nous accordez. Nous avons apprécié vos passes, malheureusement vos tirs au but ne correspondent pas à notre ligne d’attaque. En vous souhaitant bonne chance dans vos démarches, bla bla bla.

          Je continuerai. J’en enverrai d’autres, jusqu’à l’usure. Là, je vais jongler un peu avant que ma femme ne rentre du boulot. Depuis qu’elle dirige l’entreprise de sa mère, on se voit pas beaucoup. Et là, c’est la période des Prix. Ce soir, les grands écrans fleurissent partout sur les places des grandes villes. On décerne le Nobel. Le favori est espagnol, ça promet des défilés de voitures et de klaxons jusqu’aux petites heures. L’année dernière, c’était un Italien. Il fallait voir le boulevard, la foule, les bras arborant un livre aux couleurs du pays. On a même vu des jeunes torse-nu sur des capots de voiture. Ils récitaient des paragraphes entiers au porte-voix sous les clameurs de la foule en liesse.

          Il y a une poignée d’extrémistes, parmi eux. Des bookigans, on les appelle. C’est à ceux-là aussi qu’on doit la révolution des Lettres. Ils ont détruit par le feu des ballons sur les places, et des chaussures à crampons. Après ça, les campagnes de lecturisation, ça cartonnait.

          Il y a eu des manifs, un moment, parce qu’on a vu des Indiens sortir des bois pour condamner la destruction de leurs terres pillées pour leurs arbres de qualité qui donnent un papier parfait. Mais maintenant tout est recyclé.

          La semaine prochaine, on remet la Plume d’or, et la Plume d’ébène pour le meilleur écrivain black publié chez un éditeur belge. J’ose plus allumer ma télé.

          Bon. Entraînement dans la cour, question d’oublier un peu ces débauches intellos. Il faut huiler les plumes de l’aile, plumes de manchot, pour la beauté du geste. Il faut continuer d’aimer la sphère de cuir, le partage de la boue, de la grêle, des sueurs gaspillées. 

Ça va me faire du bien, de faire des passes au mur.

Dimanche, après le match, promis, j’aiderai le gamin à rédiger son travail de fin d’études : le romantisme dans le football post-moderne.

Mais je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer.

Le foot est mort. Vive le foot !

         

mercredi 13 juin 2018

Parutions à venir :

Tu parles

Texte du spectacle éponyme, interprété à la scène en compagnie du musicien Quentin Léonard. Ce texte est un hommage aux 6000 langues du monde, que l'uniformisation gomme dans l'indifférence. Il restera peut-être 500 langues parlées sur terre à la fin de ce siècle. Ce texte se veut un voyage dans la poésie, l'humour, la variété des regards humains, dont les langues témoignent.

( éd. couleur livre - oct.18 )


 Le grand poète :

Ce roman s'adresse aux adultes en cours d'alphabétisation. Je l'écris en compagnie d'un groupe d'apprenants. Ils sont les experts dans ce projet. Je leur envoie mes pages régulièrement, et ils me guident. Niveau de langue, longueur des phrases, compréhension de l'histoire, plaisir de lire. 

( éd. Weyrich, collection la Traversée - 2019 ) 



EXTRAITS A SUIVRE… 





dimanche 27 mai 2018



« Brel, Brassens, Ferré, 

                          tu connais ? »



Rêves d’Océans


Samedi 9 juin 2018 et Dimanche 10 juin
de 16h30 et à 17h30 dans le Port de Doëlan, rive gauche
Brel, Brassens et Ferré sont les trois grands noms de la chanson du vingtième siècle. Mais s’ils ne sont plus chantés, qui s’en   souviendra ? Notre souhait, c’est de les raconter aux enfants et à leurs parents, d’offrir une approche inédite de leur œuvre qui aide à les comprendre, à mettre en lumière le regard libre qu’ils posaient sur leur temps. Nous souhaitons que les enfants rencontrent ces trois artistes-là à travers la musique, les textes, un aperçu de leur vie, de leur enfance, de leur immense passion.
En scène :

Luc Baba : écrivain, comédien, chanteur

Quentin Léonard : chanteur, compositeur, interprète, guitariste, multi-instrumentiste


BIENVENUE A TOUS, EN BRETAGNE. NOUS SERONS A LIEGE EN SEPTEMBRE 18.